Bornes de sauveté à Mimizan

La commune de Mimizan est une ancienne sauveté délimitée probablement par 9 pyramides formant un polygone irrégulier, placées autour de l’ancien bourg. A la fin du XIXe siècle, il n’en restait que sept, mais bien longtemps avant, on en comptait encore neuf. Actuellement, seules 4 bornes sont encore visibles à proximité du Camping Marina-Landes.

La sauveté est étroitement liée à la notion du droit d’asile. Cette « loi », qui est apparût dès l’époque paléochrétienne, interdit à quiconque de poursuivre des fugitifs à l’intérieur d’un périmètre autour des églises. En 681, le Concile de Tolède précise cette zone de protection en fixant sa périphérie à 30 pas autour de l’édifice religieux.
La sauveté de Mimizan est délimités par de hautes bornes surmontées de croix afin qu’elles parussent de loin au milieu de la plaine découverte. Au centre de cet espace se trouve l’église de l’ancien prieuré bénédictin Sainte Marie. Autour de cette maison de religieux vinrent se grouper les maisons d’un bon nombre d’habitants du pays. Cet endroit obtient ainsi des privilèges considérables qui favorisèrent l’accroissement de la ville naissante.

« Les habitants de Mimizan doivent accorder protection à toute personne qui la requiert, protection qui doit être confirmée par le bailli. Tant que ces personnes demeureront dans les limites de la sauveté, le seigneur ne peut les arrêter, ni confisquer leurs biens. »

Poster une réponse